TDAh? Pour en finir avec le dopage des enfants

Classé dans : l'aider | 2

Auteur du livre « TDAh? Pour en finir avec le dopage des enfants «  : J-Claude St-Onge- 2015 aux Editions “Ecosociété”  (Québec)

Phrase-résumé:

 » Votre enfant a trop d’énergie, est distrait, impulsif ou colérique? Comme des milliers d’autres jeunes, il pourrait recevoir un diagnostic de trouble déficitaire d’attention avec ou sans hyperactivité et se voir prescrire un psychostimulant tel que le Ritalin. Mais quel est le bien-fondé de ces diagnostics lorsque l’on sait qu’il est le diagnostic pédiatrique le plus controversé?

Les critères pour l’identifier manquent de scientificité et il n’existe aucune preuve que ces symptômes soient le résultat d’un déséquilibre chimique du cerveau.

Quant aux médicaments, à long terme, ils ne font aucune différence sur les résultats scolaires et les comportements. Cela n’empêche pas l’industrie pharmaceutique d’exploiter sans scrupule cette corde sensible des parents et enseignants pour engranger des profits faramineux, sur la base d’essais cliniques aussi biaisés qu’incomplets. »

J-C st-Onge

Au travers de ce livre, l’auteur, J-Claude St-Onge, dénonce la sumédicalisation face aux problèmes de comportement de nos enfants et nos jeunes TDAh et nous dévoile les dessous de l’industrie pharmaceutique;

Si vous doutez du bien-fondé de la solution “pilule magique”, je vous conseille vivement de lire ce livre AVANT! Afin d’ agir en toute connaissance de cause.

En voici quelques extraits:

Maladie fictive selon le père du TDAh, Léon Eisenberg

Même si l’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité peuvent engendrer une détresse psychologique tant chez les enfants que chez les parents, ces comportements ne sont pas nécessairement le reflet d’une pathologie ou d’une maladie, contrairement à ce que l’on veut vous faire croire.

 

Surdiagnostic et surmédicalisation

En santé mentale, la surmédicalisation résulte de la transformation des réactions normales aux difficultés de l’existence en présumés troubles mentaux. Cela ne signifie pas que ces personnes n’éprouvent pas de véritables problèmes mais ces difficultés relèvent-elles de la médecine?

Il n’existe aucune mesure ou test objectif pour identifier un TDAh. Les propriétaires d’appareils sophistiqués qui prétendent le contraire sont plus intéressés à soulager votre portefeuille que vos enfants. Fondamentalement, il est impossible de se fier aux symptômes pour établir un diagnostic.

La priorité de la médecine est d’éliminer le symptôme sans s’interroger sur sa signification, sur le message que transmet l’enfant à travers son comportement.

Les études sur les habiletés des enfants soupçonnés de TDAh examinent les domaines d’activité où ils n’’excellent pas, sans considération pour ceux où, à l’inverse, ils sont susceptibles de mieux réussir que les enfants “normaux”.

 

Problème au cerveau ou environnement difficile ou nuisible?

L’hypothèse voulant que le TDAh soit une maladie génétique se traduisant par un déséquilibre chimique n’a jamais été démontrée. Il n’y a aucun test validé pour mesurer le niveau des neurotransmetteurs. Par contre, il est bien établi que le stress et les traumatismes ont un effet sur la santé mentale et le comportement.

 

La validité du DSM remise en question

Allen Frances, père du DSM-IV reproche d’avoir transformé la détresse quotidienne en maladie mentale afin de vendre toujours plus de médicaments.

La puissance du marketing des sociétés pharmaceutiques, de l’Internet et des organisations de patients a engendré un nombre de fausses épidémies, de modes en matière de diagnostics psychiatriques, d’où découlent une inflation de diagnostics et des taux de maladie mentale beaucoup plus élevés qu’auparavant.

– Allen Frances

 

Une industrie foisonnante et lucrative autour du TDAh

Les sociétés pharmaceutiques recrutent des leaders d’opinion (médecins) pour faire des conférences à leurs collègues, aux parents et aux enseignants afin de les “sensibiliser” au diagnostic. Pour convaincre les gens qu’ils sont malades, il faut vendre des maladies.

Des associations soutenues par les mondiales du médicament ont également vu le jour. Des tests sur internet: “vous êtes probablement TDAh” financés par les sociétés pharmaceutiques encouragent les gens à s’auto-diagnostiquer.

L’objectif: Influencer les médecins et le public avec des informations mensongères, manipulées, incomplètes et biaisées.

Aucune étude concernant la prise de psychostimulant n’a été faite sur le long terme. Les rares études indépendantes qui ont été faites dévoilent que le psychostimulant est efficace les premiers mois mais que l’efficacité commence à s’estomper après 14 mois et qu’elle est nulle au bout de 3 ans!!! Ils peuvent même aggraver les symptômes.

Une autre étude dévoile qu’après 6 ans, les symptômes persistent chez 9 enfants sur 10, malgré le traitement pharmacologique.

 

Plus de 600 effets indésirables graves

concernant les psychostimulants. Et une augmentation de 133% de visites aux urgences en 6 ans.

 

Conclusion

Ce livre est très pertinent et nécessaire si vous souhaitez médicamenter votre enfant TDAh, de manière à agir non pas en faisant confiance de manière absolue en l’autorité de vos médecins mais en connaissance de cause.

Si vous avez des doutes au sujet des psychostimulants, vous trouverez des réponses dans ce livre.

 

Point fort du livre

Excellent travail de recherche sur le pouvoir de l’influence de l’industrie pharmaceutique. Chaque réflexion ou certitude de l’auteur est appuyée par des références sérieuses.

Point faible

L’auteur explore les différentes autres causes possibles du TDAh sans les approfondir.

L’auteur parle peu des autres solutions possibles quant à la problématique du TDAh.

 

Acheter le produit sur Amazon: TDAH ? Pour en finir avec le dopage des enfants

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes livres

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers
Recherches utilisées pour trouver cet articletdah pour en finir avec le dopage

2 Responses

  1. Fátima Ferreira de Carvalho

    Bonsoir,je commence par dire que j’aime bien votre site ,c’est d’une grande aide pour les parents,mais en tout, cas je ne suis pas d’accord que les médicaments sont lá juste pour doper nos enfants.Je suis mère de trois enfants la première 15 avec déficit d’ attention,difficultés d’apprentissage (dyslexie ,dyscalculie,etc…)elle a pris pendant une année ,mais ça fait des années qu’elle prend plus parce que c’est vraie dans cette situation ça faisait pas différence .Le deuxième 12 déficit d’attention,pas de difficultés d’apprentissage,impulsive,intolérant se met souvent en colère,quand les autres sont pas d’accord avec lui ,souvent incapable d’accepter,reclame pour tout pour rien…ça fait 3 ans qu’il le prend et je peut vous assurer j’ai presque tout essayé avant les médicaments :thérapie ,ómega3,magnesium,pensée positif ,alimentation minimum de chimics,des nuits que je faisais que lire en cherchant a comprendre,j’en pouvais plus et j’ai accepté les médicaments et c’était lá qu’il pouvait m’écouter,discuter sur des sujets que l’embêtait je pouvais même demander de l’aide sans écouter un fil sans fin des réclamations il pouvait aussi jouer avec ses camarades sans être agressif.Le troisième déficit d’attention ,difficultés d’apprentissage,grand difficulté de concentration,pas d’impulsivité,8 ans.Je peux vos dire j’aime beaucoup mes enfants,mais ça prend beaucoup d’énergie,des fois je suis tellement fatigué que je peux même pas les écouter.Mais voilà le médicament nous a bien aider a tous,lui,moi,les personnes autour de lui,et puis c’est pas non plus l’environnement qui aporte le TDAH.Mes quand vous avez trois enfants avec ses troubles vous arrivez pas a faire la même chose que quand on a un.Mais je suis fière de les progrès qu’on a fait.
    Veuillez excuser mes fautes de français ,je fais des études encore,car c’est pas ma langue materne.
    Merci beaucoup pour votre travail magnifique .

  2. Bonjour Fatima, si les médicaments aident vos enfants et que vous êtes convaincus de leurs bienfaits, c’est parfait, continuez!
    Le livre de Mr St Onge met juste en garde contre tous les effets indésirables cachés et les effets sur le long terme. Lorsque vous me dites que vous avez TOUT essayé, là, par contre, j’ai des doutes.
    Pas plus tard qu’hier, une lectrice du blog m’a appelé, désespérée pour son enfant. Pharmacienne, elle me dit qu’en voyant la composition de la rilatine, en aucun cas, elle n’en donnerait à son enfant.
    Et d’un autre côté, je vois sur des forums TDAh, des adultes sous rilatine qui ont des propos virulents envers les personnes qui apportent des aides alternatives, les accusant de sectaires, je trouve ça intéressant…

Laissez un commentaire