Interview d’Olivier Roland: Réussir avec ou sans diplôme

Classé dans : l'aider, Mieux apprendre, podcast | 4

podcast

 

Olivier Roland

Vous pouvez écouter ce podcast en cliquant sur le bouton play ou le télécharger en cliquant sur download

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer Olivier Roland, auteur des blogs Des livres pour changer de vie et Blogueur Pro .

Dans cet interview, Olivier nous dévoile ce qu’il pense de l’école d’aujourd’hui  et donne ses précieux conseils aux jeunes en décrochage scolaire pour qu’ils restent motivés et réussissent leurs études et leur carrière.

 

 

 

Transcription texte

Valérie : Bonjour et bienvenue dans ce podcast du blog mon enfant hyperactif.com;

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer Olivier Roland sur le sujet: réussir avec ou sans diplôme.

Bonjour Olivier,

Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, tu as donc arrêté l’école avant la fin de tes études  mais cela ne t’a pas empêché de devenir un excellent entrepreneur. Et actuellement, non seulement, ton entreprise cartonne et te permet de très bien gagner ta vie, mais en plus, tu apprends aux autres à créer leur business, ce qui n’est pas rien.

Et ta particularité, c’est que tu ne t’appuies pas sur les diplômes de tes élèves mais plutôt sur leurs forces et leurs passions; Pourrais-tu nous en dire plus à ce sujet?

Olivier Roland: Je récapitule juste mon parcours. J’ai quitté l’école à 18 ans pour me consacrer à mon projet de création d’entreprise. J’ai bossé pendant un an sur ce projet et j’ai créé ma première entreprise à 19 ans.

Du coup, je n’ai même pas le Bac, je me suis arrêté un an avant de passer mon Bac littéraire. J’aime bien de dire que j’ai un Bac-2. Du coup, j’ai jamais demandé à mes employés ou à mes collaborateurs quel était leur diplôme parce que pour moi, cela n’avait absolument aucune importance.

Pour moi, l’intérêt, ce sont les compétences et ce qu’ils sont capables de faire avec ça. Parce que finalement, on voit des tas de gens qui ont des supers diplômes et qui ne savent pas quoi en faire et qui se retrouvent à faire des boulots qui n’ont absolument rien à voir avec les études qu’ils ont faites.

Et finalement, ce qui compte, ce n’est pas tellement ce qu’ils ont appris à l’école et le diplôme qu’ils ont eu mais leurs capacités à être motivés et à utiliser concrètement ce qu’ils ont appris, et leur capacités à apprendre aussi, c’est très important, pour obtenir des résultats tangibles dans le monde.

Donc, il y a des gens qui arrivent à avoir des résultats sans diplôme et je pense qu’aujourd’hui on a une course un peu effrénée aux diplômes, ce qui se comprend quand on veut devenir employé , mais pour moi il y a un petit peu une sorte de monde qui s’entretient tout seul. C’est-à-dire que les employeurs aujourd’hui qui cherchent des gens qui ont un diplôme ont eux-mêmes eu un diplôme et finalement il y a une sorte d’auto-justification dans ce qu’ils font.

Quand on regarde concrètement, par exemple, j’ai accueilli sur un de mes blogs la titulaire d’un MBA qui a un diplôme extrêmement prestigieux en business, c’est sans doute  le meilleur diplôme que vous puissiez obtenir. Elle l’ avait passé dans une école espagnole et cela lui avait coûté quelque chose comme 50.000€ sur 2 ans sans compter le coût d’opportunité puisque souvent les MBA sont passés par des adultes qui doivent arrêter de travailler pendant 2 ans; C’est-à-dire que non seulement ça coûte cher le diplôme en tant que tel mais en plus pendant 2 ans, ils n’ont pas de salaire et doivent aussi payer leurs dépenses annexes.

Quand calcule tout, cela fait quand même un coût très important et elle disait qu‘ au final, elle s’était rendue compte plusieurs années après son MBA, elle regrettait d’avoir fait ça parce que tout ce que cela lui avait appris, c’est à être un esclave performant.

Elle disait aussi que tout ce qu’elle avait appris en terme de savoir concret ne lui avait jamais servi dans son métier et qu’ en gros , le MBA servait surtout à filtrer les gens qui étaient capables de travailler extrêmement dur, 60,70 heures par semaine, pour atteindre un objectif.

Donc elle dit que le MBA, c’est une sorte de sélection à esclaves, pour trouver les meilleurs esclaves d’une entreprise et au final elle dit , ce qui est intéressant , c’est que tous ceux qui sont capables de passer un MBA n’ont pas besoin d’un MBA pour réussir. Parce qu’ils ont la capacité de travail , de concentration, la détermination nécessaire pour atteindre quelque chose de difficile.

Donc, pourquoi ne pas utiliser ces compétences plutôt pour créer son entreprise  ou tout simplement sans être entrepreneur, avoir une belle carrière mais sans ce  diplôme-là parce que d’après elle, le savoir qui est enseigné de toute façon peut être acquis par d’autres moyens.

Après, elle dit aussi que le MBA, c’est une excellente manière de se créer un réseau. C’est pareil, si vous avez les compétences nécessaires pour vous faire un réseau dans un MBA puis passer un MBA, vous avez les compétences nécessaires pour faire votre réseau en-dehors du MBA. Ce n’est pas la seule manière d’en faire un. Il y en a qui sont beaucoup moins chers que ça.

Donc voilà, je pense que c’est un bon exemple , le fait que c’est devenu un petit peu High . Il y a sans doute une vraie valeur intrinsèque  dans la plupart d’entre eux mais je pense que pour beaucoup, c’est trop de temps et d’argent dépensés par rapport à ce que c’est .

Après , je n’encourage pas forcément tout le monde à ne pas avoir le Bac  et à créer sa boîte, je sais que ce n’est pas pour tout le monde. Il y a une sorte de bulle, un petit peu et peut-être qu’un jour elle éclatera, je ne sais pas. Mais je pense qu’il y a de plus en plus de gens qui réalisent ça. Aux Etats-Unis, il y a des mouvements qui se sont créés .

Bon, aux Etats-Unis, le problème est encore plus à l’aval par le fait que l’éducation supérieure est beaucoup plus chère qu’en Europe et donc les jeunes là-bas réalisent de plus en plus qu’ils doivent s’endetter un maximum et que le retour sur investissement n’est pas forcément extraordinaire.

Il y avait une étude super intéressante de l’ECDE qui calculait le retour sur investissement du fait de passer d’un Bac+2 à un Bac+5, je crois et ils montraient que dans certains cas, ce n’était pas rentable. C’est-à-dire que le gain de salaire que l’on avait en ayant un diplôme supérieur n’était pas suffisant pour compenser les 3 ans à passer à ne pas travailler,  qui donc a un coût d’opportunité importante + l’endettement et tous les coûts liés à l’éducation.

Valérie : Si tu avais quelques conseils à donner à ces jeunes qui ont difficile à terminer leurs études, quels seraient-ils?

Olivier Roland : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on peut ne pas vouloir terminer ses études. Moi, personnellement, je m’ennuyais terriblement dans le système éducatif.

Valérie: Oui, c’est le cas le plus courant, en fait.

Olivier Roland: Oui. Finalement, je n’avais pas de bonnes notes, pourquoi? Je pense que si j’avais travaillé, j’aurais eu d’excellentes notes. C’est juste que je n’étais pas motivé, ça ne m’intéressait pas en fait. Et je me suis lancé dans un projet pour lequel j’avais un désir brulant de réussir.

Et ça a fait toute la différence pour moi. Souvent, ce n’est pas une question de capacités mais une question de motivation. Et tous ceux qui sont dans la même situation et qui se disent: “Franchement l’école , ça m’emmerde, je ne suis pas motivé à travailler”,l’idée, c’est de trouver quelque chose justement qui ranime la flamme en nous. qui vraiment nous fait…voilà, on se dit : je ne peux pas faire autre chose que réussir et je vais y mettre tout ce que j’ai et je vais y aller à fond.

Pour moi, ça a été créer mon entreprise. Pour d’autres, ça peut être autre chose. Et souvent quand on me dit, oui mais d’accord mais moi, j’ai pas de passion, je ne sais pas ce que je veux faire dans la vie, etc. Ce que je dis, c’est qu’il faut explorer un petit peu.

Valérie: Et après, tu t’es formé alors?

Olivier Roland: Oui, bien sûr; En fait, J’ai toujours eu une démarche d’autodidacte. En fait, j’ai toujours aimé apprendre. C’est juste que je n’aimais pas la manière dont j’apprenais à l’école. Et je ne trouvais pas que ce que l’on apprenait allait être intéressant et allait m’être utile.

C’est quelque chose que perçoivent beaucoup de jeunes. Ok, super, mais ça va me servir à quoi concrètement?  Et c’est une vraie question qui est trop éludée dans le système éducatif.

La réponse de base c’est : “Ah mais oui, mais peu importe, ça aide à former votre esprit et à vous faire réfléchir”. Alors, il y a une part de vérité là-dedans mais je pense quand même qu’ à l’école, on apprend un pourcentage de savoir qui est obsolète et/ou inutile que personne ne va utiliser dans sa vie  qui est quand même trop important et beaucoup trop de gens le perçoivent et ça crée aussi une démotivation.

Qui a besoin de savoir calculer la trigonométrie aujourd’hui? On s’en fout. 99% des gens ne vont jamais l’utiliser dans leur vie; et s’ils ont besoin de l’utiliser , ils peuvent télécharger un programme qui va tout calculer pour eux en 3 secondes. Pourquoi ne pas faire un cours dessus pour découvrir parce que ça peut plaire à certains justement, le faire en phase de découverte mais faire toute une année dessus?

Valérie: Et donc en autodidacte, tu as fais quoi, lire des livres, sur internet?

Olivier Roland: Lire des livres, internet, c’est un formidable moyen d’apprendre puis voilà, ce qui me sidère toujours, les gens qui vont jusqu’au bout de leurs études et passent un diplôme après ils arrêtent d’apprendre . Ils se disent: “Ah, c’est bon, j’ai mon diplôme , ça y est, je n’ai plus besoin d’être à l’école de toute ma vie”, ce qui est une énorme erreur.

On vit dans un monde aujourd’hui qui évolue extrêmement vite . Il suffit de se rappeler il y a 20 ans, peut- être que les plus jeunes ne peuvent se rappeler vraiment  il y a 20 ans mais tous les périphériques que l’on utilisait aujourd’hui nous font rigoler: les cassettes- audio, les cassettes VHS, les téléphones non-portables, les télévisions énormes qui pesaient 30 kg . Tous ces trucs-là, aujourd’hui on regarde et ça nous fait rire  et il y a seulement 20 ans.

Et tout ce qu’on utilise aujourd’hui comme périphériques numériques, comme appareils , dans 20 ans, ce sera encore pire, on s’en rappellera en disant mais comment on pouvait utiliser ces trucs-là!  Aujourd’hui, ils font partie de notre quotidien.

C’est très important d’avoir une souplesse d’esprit et d’être dans une démarche où on apprend régulièrement. Et même pour ceux qui passent un diplôme, c’est très important de comprendre qu’il est doivent continuer d’ apprendre par eux-mêmes après. Donc, c’est une compétence qui est importante pour tout le monde; Pas seulement pour ceux qui sont ennuyés par l’école.

Donc au-delà  de ça, comment apprendre seul?  Moi, je trouve que le meilleur moyen d’apprendre extrêmement répandu et qui est très peu cher, voire même gratuit si vous vous débrouillez bien et qui vous permet de vous connecter aux meilleurs cerveaux du monde. Non seulement les meilleurs experts dans leur domaine mais aussi les meilleurs pédagogues. Des gens qui sont infiniment meilleurs qu’une grosse partie des profs que vous allez rencontrer dans votre vie.

C’est aussi un moyen qui vous permet de vous connecter aux meilleurs experts et aux meilleurs pédagogues qui sont morts. Ce moyen, c’est les bouquins.

Un bon bouquin, ça coûte 10, 15, 20 € et ça peut changer votre vie complètement. C’est un des meilleurs investissements que vous puissiez faire. Et au-delà de ça, vous pouvez en trouver gratuitement à la bibliothèque. Aujourd’hui, vous pouvez devenir par exemple, un membre d’Amazon Premium et vous pouvez emprunter 2 livres sur le Kindle par mois gratuitement. Il y a des tas de possibilités aujourd’hui qui existent. L’accès à la connaissance n’a jamais été aussi facile et peu cher et au-delà des livres, il y a évidemment internet.

Imaginons que vous êtes mauvais en math, parce que vous trouvez que votre prof est vraiment nul. Vous pouvez être certains qu’il y a quelque part dans le monde un bouquin qui vous attend , qui est super bien fait , qui va vous faire comprendre tout ce que vous ne comprenez pas aujourd’hui d’une manière tellement simple que vous n’allez pas en revenir parce que le mec qui a écrit ça, c’est un pédagogue qui est mille fois meilleur que le prof que vous avez. Et le truc, c’est qu’il faut le trouver ce bouquin mais ce n’est pas si dur aujourd’hui de le trouver parce que vous pouvez déjà aller sur les forums qui s’intéressent à ça qui vont vous donner des conseils sur les meilleurs bouquins. Vous pouvez voir les notes sur Amazon des clients qui ont lu ces bouquins; Ce n’est pas si difficile de trouver des livres qui sont plus didactiques, plus sympas, plus intéressants que les profs que vous avez.

Et au-delà de ça , il y a aujourd’hui de plus en plus de cours disponibles gratuitement sur internet. Toutes les grandes écoles s’y mettent. Déjà, ça peut être une solution pour régler ce problème de démotivation. C’est peut-être de trouver une source d’information dans la matière qui vous ennuient et qui rend ça excitant. Il y a un prof de physique qui est devenu célèbre au MIT: Walter Lewin. Il a fait des cours de physiques pendant plusieurs années et au début des années 2000, ce cours a été filmé et publié et c’est devenu viral. Son 1er cours sur youtube doit avoir environ 2 millions de vues . Pourquoi, parce que ce mec-là, c’est le meilleur prof du monde sans doute en physique, parce qu’il rend tout son cours tellement  intéressant, drôle, interactif que les gens sont juste aspirés par ça. Et même quand on n’aime pas la physique, on se dit : wouah, c’est intéressant.

Et aujourd’hui, les profs deviennent de plus en plus obsolètes finalement. Les meilleurs profs, on les trouve sur internet. Leurs vidéos deviennent virales et il y a une sorte de ( ça ne va pas plaire à beaucoup de profs) de mécanisme de sélection naturelle. Les meilleurs profs sont plus vus que les moins bons parce que leurs vidéos sont plus partagées. Du coup, on peut les trouver beaucoup plus facilement qu’avant.

Avant, un bon prof, il fallait avoir de la chance pour tomber dessus. Aujourd’hui, ce n’est plus une question de chance, c’est une question de démarche Et ça change tout! Un bon prof peut transformer n’importe quelle matière en truc super amusant, super intéressant.

Valérie: Super, merci beaucoup Olivier pour ces informations et ces conseils.

Si ce podcast vous a plu, pensez à le partager sur les réseaux sociaux ou à poster votre commentaire ci- dessous.

Je vous dis à très bientôt.

Au revoir!

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes PDF

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers

4 Responses

  1. Emilie

    Bonjour Valérie,
    Bravo pour cette interview!
    J’ai trouvé cela particulièrement intéressant d’entendre le point de vue d’Olivier Roland sur la question de l’école et des diplômes. Je pense que notre système scolaire français et surtout le système de recrutement gagnerait à se rapprocher un peu du système anglo-saxon à ce propos. Peut-être nos enfants se sentiraient-ils moins enfermés dans des trajectoires qu’ils maîtrisent mal et qui ne leur appartiennent pas vraiment… alors qu’il s’agit de leur propre vie!
    DE mon côté, je défends une école plus ancrée dans le concret et particulièrement dans la nature pour les jeunes enfants. Avoir en soi un côté « Wild child » est sûrement un bien meilleur bagage qu’un gros diplôme!

  2. Valérie Michiels

    Entièrement d’accord avec toi; D’autant plus que j’ai moi-même un Master qui ne me sert presque à rien et pour lequel j’ai étudié jusque 25 ans, il n’est même pas valable en-dehors de la partie francophone de Belgique, c’est dire …
    Je te rejoins tout à fait pour défendre une école ancrée dans le concret et la nature avec à la clef une pédagogie à projets pour plus de motivation.

  3. Anne-estelle

    Je découvre cette interview un peu en retard. C est génial. Je savais pas que Olivier avait arrêté son cursus scolaire. Ce qui en fait ne m étonne pas vu sa personnalité c est évident que ça pouvait pas coller lol. Super motivant en tous cas !!!

Laissez un commentaire