Podcast N°3: Ce qui se passe dans la tête d’un TDAh

Classé dans : le comprendre, podcast | 5

Pourquoi un TDAh a autant de problèmes d’attention? Pourquoi est-il si vite distrait ?

Quels sont ses besoins par rapport à cette problématique?

Découvrez-le vite dans ce nouveau podcast… 

 

Podcast N°3

 

Bonjour et bienvenue dans ce 3ème podcast du blog “mon enfant hyperactif.com”. Dans cet épisode , j’aimerais vous parler de ce qui se passe exactement dans la tête d’un TDAh.

Alors tout d’abord, je vous mets en garde, ce que je vais dire est délicat car les mots étant par essence très réducteurs, ils peuvent être interprétés de manière différentes selon le vécu et les connaissances de chacun. Or, on ne reconnait que ce que l’on connait; Je dirai donc que la meilleure manière de l’aborder comme Saint Exupéry le disait si bien, voir avec le coeur:

On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux                              

Saint Exupéry

Etant moi-même TDAh, je vais pour cela prendre l’exemple de l’émission ” le Mag de l’aprèm” sur Sud Radio où j’étais invitée en même temps que Louis Vera, Steph panda, etc…sur le sujet mon enfant est hyperactif .

 

Fotolia_65371877_XS

 

Un TDAh capte toutes les informations à égale intensité sans pouvoir filtrer  

En fait, quand le présentateur Marc Leval me posait une question, je faisais un effort supplémentaire par rapport à l’habitude pour être attentive à ce qu’il me disait mais je me rendais compte qu’en montant le curseur de l’attention, je montais en même temps le curseur de toutes les autres informations que je capte. Et j’étais parfaitement incapable de faire le tri entre l’information la plus importante, en l’occurrence la question de Marc et tout le reste, donc c’était particulièrement éprouvant pour moi.

Lorsque Marc Leval me parlait, j’entendais effectivement sa question mais j’entendais à égale intensité la chaleur de sa voix,  la fluidité avec laquelle il parle, la facilité avec laquelle il rebondit à chaque intervention. En même temps, je percevais aussi ce qui se passe à travers ma fenêtre. Pour l’instant, il y a des travaux devant chez moi, donc j’entendais la grue pivoter, les hommes s’affairer, les camions bloquer la circulation, les voitures klaxonner  mais aussi mon chat qui mangeait ses croquettes dans la cuisine. Tenir le fil de la conversation sans le lâcher était donc un véritable sport.

Alors pourquoi? Voici mon interprétation. L’émission étant pour moi  comme un “danger”, ce n’était pas confortable pour moi, tous mes sens étaient en alerte. Un peu comme si j’étais dans la jungle et que je sentais un tigre pas loin de moi sans savoir exactement où il est. Donc le moindre petit craquement ou petit bruit capte mon attention.

En fait, le TDAh est un hypersensible et à la moindre sensation de danger ou d’angoisse, tous ses sens sont exacerbés.

J’espère que vous comprendrez mieux maintenant que si vous lui demandez de faire attention à des choses qui ne l ’intéressent pas du tout, il va fatalement être attiré par ce qui est plus captivant pour lui. Pour mon fils par exemple, il zappe les 3/4 de ce que dit son professeur par contre il n’en rate pas une lorsque quelqu’un (même son prof)  fait quelque chose de marrant ou d’humoristique.

Si vous voulez faire le test de vous mettre dans la peau d’un TDAh, je vous invite à écouter une émission de radio que vous ne voulez absolument pas rater tout en branchant en même temps d’autres postes de radio, télévision, ordinateur…. Puis dites-moi comment ça s’est passé pour vous. Avez-vous pu maintenir votre attention à 100% sur votre émission préférée ou avez-vous eu des moments de distraction. En tous cas pour nous TDAh, même avec la meilleure volonté du monde, c’est épuisant mais tout à fait involontaire, nous n’arrivons tout simplement pas à filtrer l’information la plus importante du reste.

 

Le TDAh, toujours dans son monde

Pour en revenir à l’émission de Marc Leval dans le Mag de l’aprèm, j’aimerais soulever un point qui a été partagé par Steph Panda . Elle nous dit que ses enfants TDAh passent souvent du coq à l’âne dans les conversations. C’est quelque chose que l’on m’a toujours dit aussi et que je retrouve maintenant chez mon fils TDAh également.

En fait, le TDAh vit beaucoup dans sa bulle. Il n’est pas vraiment ancré sur terre. Il a un pied sur terre et un autre dans les étoiles ou dans son monde. Pour ma part, j’ai mis plus de 40 ans avant d’atterrir vraiment et encore, à la moindre souffrance, je repars…  Quand je parle d’atterrir, il s’agit, entre autres, de réaliser que les autres sont différents ou que nous sommes différents des autres et que nous ne communiquons pas de la même façon.

Entre TDAh, c’est plus facile. Nous n’avons d’ailleurs pas l’’impression de passer du coq à l’âne, le mode de communication se passe plutôt au-delà des mots, La télépathie est d’ailleurs très fréquente entre nous…

Mais passer du coq à l’âne ou l’ impression d’être dispersé  peut aussi avoir une autre raison.  Lorsque je me faisais coacher l’année dernière et que l’on me disait que j’étais dispersée dans mes propos, ça m’énervait parce que dans ma tête, je n’étais pas dispersée, il y avait un lien entre mes propos.

 

Le TDAh, c’est  “google earth”

Je m’explique: pour les non-TDAh, la vision des choses sera comme de se promener dans la rue, où au fur et à mesure de votre promenade, vous verrez défiler le paysage. Donc, tout se fait par étapes successives.

Pour un TDAh, c’est comme  si nous étions  “google earth” , Notre vision est une vision aérienne, une vue d’ensemble, toutes les informations sont là de manière instantanée. Donc , lorsque l’on veut parler d’un sujet, le débit de la parole est tellement lent par rapport à l’instanté de ce que l’on perçoit que l’on va donner un maximum d’informations sur un laps de temps très court, histoire de ne pas en oublier en cours de route. Et même si les informations peuvent être très différentes les unes des autres, il y a toujours un lien entre elles.

En fait, si nous pouvions communiquer en images comme notre mode de pensée, ce serait notre mode de communication le plus approprié. Mais par contre, nous n’avons pas les détails.

Le non-TDAh connait aussi cette vision google earth, mais généralement, il a besoin de se mettre en état de relaxation ou de méditation pour y parvenir, histoire de lâcher le mental et pouvoir observer avec un certain recul.

 

le TDAh, c'est google earth

 

Aider le TDAh à s’ancrer 

A l’inverse, le TDAh a besoin de s’ancrer. Et pour l’ aider, il faut

– pouvoir l’écouter et prendre en compte la pertinence de ses propos même s’ils ne correspondent pas à ce que vous aimeriez entendre!

– Le laisser jouer au maximum dans la nature et avec les animaux

– Le laisser danser et bouger comme il le sent

– Le câliner et le masser pour l’aider à être plus en contact avec son corps.

– Utiliser le Mixage Phosphénique et l’alternophonie du docteur Lefebure. En ce qui me concerne, ces outils m’ont permis de concrétiser des idées qui depuis des années restaient à l’état d’idées, dont ce blog “mon enfant hyperactif ou TDAh!”  Sourire

Dans sa vie de tous les jours et dans les apprentissages notamment,  il faut savoir que le TDAh a besoin de connaitre la synthèse, la vue d’ensemble avant d’entrer dans les détails. Pourquoi? Parce que…

 

Sans vision globale, le TDAh se sent dans l’insécurité, il ne sait pas où il va 

Pour reprendre l’exemple de l’émission, le fait que je n’ai pas eu les questions à l’avance, donc je ne connaissais  pas la vision globale de l’émission, ses objectifs, c’était pour moi très insécurisant et j’étais très anxieuse. Un TDAh a besoin de savoir où il va, de connaitre le ou les objectifs pour pouvoir ensuite plonger dans les détails, étape par étape de manière sereine.

Voilà, j’espère que j’ai pu vous éclairer un peu plus sur ce qui se passe dans la tête de nos TDAh et sur ce qui est normal pour eux!

Je vous dis à très bientôt pour un nouvel épisode.

Pour ceux qui sont intéressés pas l’émission de Marc Leval sur Sud Radio du 30 octobre 2014 “mon enfant est hyperactif…”, cliquez sur : voici le lien

Et avec votre enfant, ça se passe comment?  N’hésitez pas à partager vos expériences dans les commentaires ci-dessous

 

Photo de photocreo Bednareck-fotolia.com et Farny-morguefile

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes livres

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers

5 Responses

  1. barthiaux anais

    bonsoir,
    merci beaucoup pour cet article car c’est exactement ce qui ressort de mon fils de 5 ans dont on nous a parler d’hyperactivité en septembre sauf que le diagnostic se fera qu’en octobre prochain. le quotidien a la maison est tres difficile il n’y a aucun traitelent possible mon fils en souffre beaucoup et le reste de la famille aussi. je cherche d’autres parents dans mon cas car j’ai vraiment besoin d’en parler et de soutien

  2. Si vous reconnaissez votre enfant au travers de mes articles, c’est qu’il est probablement « dominant cerveau droit ». Dans la « famille des cerveaux droits », il y a tous les dys…, les TDAh , les HP, les autistes et parfois un mélange de ces caractéristiques. Chacun éprouve des difficultés différentes, mais le problème de fond est le même: ils sont différents de la norme et le système n’est pas adapté pour eux, d’où toutes leurs souffrances. Ce sont les parents qui écopent lorsqu’ils rentrent de l’école complètement exténués ou malheureux.

    Je vais probablement mettre un espace membre en place dans les mois qui viennent pour que les personnes puissent communiquer entre elles et se soutenir.
    En attendant, si vous souhaitez en parler, vous pouvez me joindre par skype, mon pseudo est « harmonie1218 ».

  3. Jean-Lévy Plante

    Je ne suis pas parent, mais ça me rejoint.
    J’ai été diagnostiqué à 6 ans. C’était très difficile pour mes parents.
    J’étais tellement éparpillé que lire, écrire, et tout ce qui avait rapport à apprendre m’était presque impossible.
    Tout le support que j’ai reçu des intervenants/es et de mes parents m’ont donné un avenir.
    Pour cela, je suis reconnaissant à mes parents et professeurs d’avoir eu du discernement et de m’avoir sorti de ce que j’appelle aujourd’hui un genre de prison.

    ps. Je suis content de voir autant d’article et de blogs sur ce genre de sujets circuler ces temps ci.

  4. Bonjour

    depuis quelques mois on m a Diagnostiqué un TDA h et cela m a grandement aidé à comprendre le PK du comment de certains de mes comportements etc. Mais pour bien vivre avec ce problème je vois que vous avez des outils: mixage Phosphénique et l alternophonie. comment puis-je me procurer ces outils. Car je suis comme vous! beaucoup d idées et jamais je vais jusqu au bout de celles-ci!

    merci me m aider

    audrey

  5. Je suis une mère avec trois enfants TDAH avec opposition et impulsivité. Vos articles me recentre et me permette d’intervenir plus sereinement. Je suis moi même TDAH mais avec un bagages et des outils qui me permette de profiter de cet état au maximum. Je me sentirai bien mal de vivre sans mon TDAH. En espérant que mes enfants vont dire la même chose à mon âge!!!!!

Laissez un commentaire