Les phénomènes marquants de la carrière du Dr Van Winckel en médecine scolaire

Interview du Dr Chantal Van Winckel, docteur en médecine scolaire depuis 33 ans, acupunctrice, aromathérapeute et phytothérapeute.

 

 médecin enfant

Valérie: Bonjour docteur, cela fait déjà 33 ans que vous travaillez en médecine scolaire, qu’avez-vous constaté chez les enfants au fil des ans, quels sont pour vous les faits les plus marquants?

Dr Van Winckel :  Je dirais qu’il y a 3 phénomènes. D’une part, les problèmes de poids, ça c’est un phénomène super important.

Sur 33 ans, j’ai vu d’année en année se dégrader l’état de santé des enfants dû probablement à une mauvaise alimentation, moins d’exercices physiques, à l’usage de tous les jeux électroniques, ordinateurs,etc…Avec des surpoids parfois très importants allant jusqu’à l’obésité pathologique.

Le 2ème phénomène, ce sont les allergies que ce soit aux poils d’animaux, aux graminées, à toute sorte de substances qui chaque année augmentent. En pourcentage, c’est difficile à définir mais il n’est pas rare d’avoir sur une classe d’élèves plus de la moitié qui est allergique.

Le 3 ème phénomène, ce sont tous les troubles du comportement liés à ce qu’on appelle le syndrôme de l’enfant hyperkinétique avec trouble d’attention, agitation et donc difficultés d’apprentissage qui s’ensuivent.

 

Concernant l’obésité, il est certain qu’au niveau alimentaire, la qualité des aliments se dégrade, les parents de par leur travail ont moins le temps de préparer des aliments frais, les cantines scolaires n’ont pas forcément une cuisine de qualité  et donc les enfants se nourrissent essentiellement de féculents et d’aliments qui n’ont plus d’énergie, qui sont morts en quelque sorte. Ce qui fait qu’ils consomment beaucoup plus d’aliments parce qu’ils sont en déperdition énergétique. Ils ont un surcroit de calories mais pas suffisamment d’énergie. Ceci encore aggravé par l’usage du micro-ondes notamment.

L’alimentation typique d’un écolier est : le matin, des tartines de pain blanc au choco avec un verre de lait de vache. A midi, soit un sandwich ou le repas de la cantine mais qui sont souvent des repas préparés à l’avance et éventuellement réchauffés au micro-ondes.

Donc les enfants mangent peu de fruits et ne sont plus attirés par ce qui est bon pour eux. Le goût est un peu perverti étant habitué à manger trop de sucres. Il y a une dépendance au sucre qui s’installe que ce soit sous forme de féculents ou de sucres rapides.

 

Valérie : Quels conseils donneriez-vous aux parents d’aujourd’hui?

Dr Van Winckel: Les conseils vont forcément découler des observations qui ont été faites

Je conseillerais aux parents d’utiliser

– un maximum de produits de bonne qualité

– d’éviter particulièrement pour les enfants allergiques des produits laitiers à base de lait de vache surtout s’ils ne sont pas bio et les remplacer par des laits végétaux, yaourts de brebis ou de chèvre

– de leur donner un minimum de fruits de saison non traités si possible ou fruits secs (noix, amandes abricots secs), pour compenser l’éventuel repas de l’école, que l’enfant ait un minimum d’apport énergétique

– d’éviter le micro-ondes

– de faire tous les jours une ration de légumes cuits et une ration de légumes crus par jour

– d’être un peu plus créatif quand il s’agit d’alimenter l’enfant parce qu’on constate souvent que les enfants mangent toujours les mêmes choses et qu’il n’y a pas suffisamment de diversité dans les aliments que les parents offrent à leurs enfants.

fruits secs

J’aimerais ajouter une constatation faite depuis ces 2 dernières années, c’est l’augmentation du phénomène d’hypertension dans l’enseignement secondaire et des cas de méningite chez les enfants.

On n’en connait pas encore exactement les causes. Est-ce dû à la pollution électro-magnétique? Ce qu’on sait déjà, c’est que ces ondes créent des troubles au niveau de la barrière hémato-encéphalique, ce qui permet le passage de substances toxiques qui normalement ne passent pas…

Je conseillerais en tous cas d’éviter de laisser la wifi allumée 24h/24, la couper autant que possible, et de se connecter plutôt par câble.

Pour la téléphonie mobile, pareil, l’éviter au maximum. Voir même l’ interdire chez les enfants car leur cerveau n’est pas encore entièrement construit , l’impact des ondes est donc d’autant plus nocif pour eux.

 

Merci docteur.

Pour mieux connaitre les principes de base d’hygiène de vie pour nos enfants, vous trouverez touts les infos dans le guide gratuit « les 7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant hyperactif »  téléchargeable ci-dessous.

photos de  V&P Photo studio et de Udra 11

de fotolia.com

 

 

 

 

Laissez un commentaire