Quand les enfants TDAh seront-ils enfin compris?

Classé dans : le comprendre, notre histoire | 2

En entendant le débat hier à la radio Vivacité (Belgique)  où un père d’enfant TDAh avait réagi sur les médias parce que son fils TDAh  était exclu du voyage scolaire, j’ai été choquée de constater combien le monde autour de nous est encore dans l’ ignorance complète au sujet du TDAh.

Les étiquettes de mal éduqués, handicapés, malades psychologiques persistent plus que jamais! Lors de ce débat, seuls les parents concernés de près par le TDAh témoignaient de la souffrance que vivent ces enfants et de l’effet dévastateur de les exclure encore plus …

Il est urgent de comprendre l’ hypersensibilité des TDAh, enfants et adultes d’ailleurs, pour comprendre ce qui peut les aider ou aggraver leurs symptômes.

 

Pourquoi certaines personnes perturbent autant les TDAh?

Pour cela, j’aimerais vous raconter une petite histoire vécue il y a peu et qui m’a permis de me rendre compte à quel point certaines personnes peuvent malgré elles, être dévastatrices pour les TDAh.

Ayant rendez-vous dans un centre administratif, je vois en entrant la dame de l’accueil se fâcher sur un membre du personnel, faisant bien comprendre à cette personne ainsi qu’à toutes les personnes présentes que c’est toujours elle qui doit réparer les gaffes ou les négligences des autres, et heureusement qu’elle pense à tout, et qu’elle prend le temps de chercher…

Lorsque vient mon tour, manque de bol, je ne savais plus le nom de la personne avec qui j’avais rendez-vous. 60 personnes occupaient ce poste. Ni mon code pour pouvoir consulter mes mails sur l’ordinateur.

Etrangement, lorsque j’ai dû remplir ses papiers puis les imprimer, j’ai accumulé un nombre incroyable de maladresses, je me sentais excessivement mal à l’aise.

Par contre, 2 minutes plus tard, lors du rendez-vous avec l’autre dame, c’était tout différent. Posée, calme, bienveillante, cette personne m’inspirait confiance et l’échange s’est passé à merveille. Avec elle, j’étais “normale”, présente et sachant utiliser mes capacités sans court -circuit.

Pourquoi les TDAh peuvent-ils être si facilement perturbés?

Pour en revenir à cette dame stressante, cela va bien plus loin qu’une question d’affinité. Je n’avais aucune appréhension particulière vis-à-vis d’elle. Elle ne paraissait pas méchante non plus, mais clairement, elle me perturbait et en sa compagnie, je me sentais incapable de réfléchir et agir normalement, comme si les ondes qu’elle dégageait me renvoyait l’image d’un moi-même maladroit et incompétent.

Me rappelait-elle d’une certaine façon d’autres personnes autoritaires de mon enfance avec qui j’ai beaucoup souffert? C’est possible. C’était en tous cas très frustrant de perdre ses moyens sans pouvoir y réagir efficacement.

Heureusement, ce moment n’a pas duré longtemps. Mais qu’en est-il pour ces enfants TDAh qui côtoient ces personnes négatives à longueur d’année! Puis l’on s’étonne qu’ils développent un tas de troubles ou de maladies.

 

Quand les TDAh seront-ils enfin compris?photo de Paty Wingrose-Fotolia.com

Le TDAh, une hypersensiblité et une confiance en soi très fragile

Un passé souvent douloureux

Nous remarquons que les TDAh ont un passé souvent douloureux, parfois bien avant la naissance. Soit que l’enfant n’était pas désiré d’un des parents, soit qu’il est arrivé par accident, soit que la mère a été malade durant la grossesse, ou que l’enfant a eu des problèmes de santé dès la naissance ou encore que l’accouchement ne s’est pas très bien passé…

Bref, des faits qui, même si l’enfant n’en est pas pleinement conscient, l’ ont marqué telle une blessure à vie.

Une difficulté à se sentir bien parmi les terriens

Nous remarquons aussi que ces enfants ont difficile à se sentir bien sur terre parmi les “terriens”. Ils n’ont même pas toujours envie de s’ ancrer sur terre, tellement la réalité est loin d’être ce qu’ils aimeraient qu’elle soit.  Une réalité trop “primaire”, trop lourde, trop dense pour eux, trop souvent vide de sens. Ils s’y ennuient terriblement.  Ils préfèrent au contraire le monde de l’imaginaire, le monde virtuel, ou le monde spirituel.

Toute leur difficulté sera de parvenir à accepter cette réalité et à accepter de s’y ancrer pour justement y apporter plus de légèreté, de sens et de paix, de justice et d’amour,

Non, ils ne font pas exprès!

En attendant, il est important de comprendre qu’ils ne font pas exprès d’être maladroit, gauche, à côté de leurs pompes dans certains domaines (dont les domaines administratifs par exemple). Et leur manque de confiance en eux ne les aide pas, au contraire. Pour peu qu’ils se retrouvent face à une personne qui met toute la lumière sur leurs incapacités, ils n’ont pas la confiance nécessaire pour se défendre et seront convaincus que l’autre a raison.

C’est pourquoi ils ont besoin, plus que n’importe qui d’autre, de reconnaissance de leurs talents. Et les aider à comprendre leur fonctionnement interne leur permet de réaliser qu’ils ne sont pas anormaux ni handicapés. Et c’est à partir de cette compréhension de qui ils sont qu’ils pourront commencer à se sentir mieux dans leur peau et à moins perturber.

 

Le regard de l’autre: ça passe ou ça casse

Avec les TDAh, il n’y a pas de demi-mesure. C’est blanc ou c’est noir. Comme ils ressentent tout avec une sensibilité hyper aiguisée, les énergies négatives ont un impact plus fort également.

Vous aurez certainement déjà remarqué qu’à l’école par exemple, il y a des années où tout se passe relativement bien et des années catastrophiques.

Un besoin d’être reconnu dans leur spécificité

Un TDAh qui se sent reconnu dans sa spécificité (positive) ne sera pas du tout le même qu’un enfant considéré comme perturbateur, maladroit, paresseux…

Une personne négative peut littéralement les bloquer, les paralyser.

Tout est dans le regard, la reconnaissance

Le problème, c’est que l’on ne reconnait que ce que l’on connait. Donc, fatalement, les TDAh se trouvent confrontés à un tas de personnes qui n’ont aucune idée de ce qu’ils peuvent vivre et ressentir.

La moindre étiquette que vous leur collerez , ne fût-ce qu’un bref moment, va les poursuivre de manière obsessionnelle, ils n’arriveront que difficilement à s’en détacher.

Avec le temps, le TDAh apprendra plus ou moins bien à s’en protéger mais cela restera quand même toujours une difficulté pour lui.

En tous cas, personnellement, je n’ai pas encore trouvé de solutions. Même en me mettant dans une bulle de protection, cela reste encore difficile. Il m’arrive même d’avoir des vertiges au contact de certaines personnes, c’est très inconfortable.

Pour mon fils aussi. L’autre jour, alors que mon fils gesticulait sur sa chaise en classe, son institutrice lui faisait remarquer qu’il y a des médicaments pour ça. Et bien, tous les jours, il me reparle de cette remarque. Cumulé à d’autres remarques ou manques de compréhension, et c’est foutu, l’institutrice a été cataloguée pour mon fils:

Elle ne m’aime pas et je ne l’aime pas. Conclusion, je fais encore moins d’ effort …

Un TDAh accepte très bien les remarques , les remises en question et les règles à partir du moment où il se sent apprécié et aimé.

 

Quand les TDAh seront-ils enfin compris?

Quand viendra cette ouverture de conscience où les  TDAh seront enfin compris ? Que faut-il faire pour que les éducateurs prennent le temps de mieux comprendre le TDAh pour pouvoir agir en connaissance de cause plutôt que de les  juger et les rejeter par facilité ou par incompétence!

 

Et votre enfant TDAh, est-il aussi hypersensible au regard de l’autre?

A-t-il aussi connu des personnes en compagnie desquelles il donne le meilleur de lui-même et d’autres avec qui c’est la catastrophe?

Merci de partager vos commentaires ci-dessous!

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes livres

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers

 

Recherches utilisées pour trouver cet articlequand un enfant hyperactif va mieux

2 Responses

  1. Tu sais Valérie, je pense que tu soulèves là le problème que rencontre aussi les enfants handicapés mentaux. Je crois que pour beaucoup de personnes, c’est le manque de connaissance et le malaise face à quelqu’un de « différent » qui les fait réagir autrement que ce qu’ils devraient. Pour moi, il faudrait que des personnes comme toi aille éduquer les éducateurs ! Surtout à l’école puisque c’est là que l’enfant commence à se frotter au monde extérieur et quitte le cocon protecteur familial. Il me semble vraiment qu’il y a là une mission à accomplir : « je suis maman de… et je viens vous parler de… »
    Depuis que je lis tes articles, je me pose souvent la question de savoir si tu as connaissance des « enfants indigo » ? Ce qui me fait y repenser est le passage de ton article où tu parles de la difficulté de l’ancrage sur terre de ces enfants. Lors de mes séminaires que j’ai fait à St Malo dans un château où le maitre des lieux accueillait les enfants « déshérités » et « rejetés » par la société, j’ai côtoyé quelques-un de ces enfants qui en fait sont là pour nous enseigner. Cela m’intéresserait d’avoir ton avis là dessus.

  2. Oui, j’ai déjà entendu parler des enfants indigo, des enfants arc-en-ciel aussi, de vielles âmes… Je suis également convaincue que ces enfants sont là pour nous enseigner et apporter des changements dans le monde. Même si les difficultés et la non-reconnaissance qu’ils rencontrent font partie de leur chemin de vie, je me dis qu’au plus tôt on les comprend et on les respecte , sans pour autant les laisser tout faire, au plus tôt et au mieux ils pourront s’épanouir et exploiter leur potentiel.
    Il faudrait effectivement en parler plus aux éducateurs, des enfant autistes aussi qui sont très mal compris… Il y a encore beaucoup à faire à ce sujet.

Laissez un commentaire