Les 4 attitudes dont mon enfant TDAh a le plus besoin

Classé dans : l'aider, le comprendre | 6

Lorsque je gronde fort sur mon enfant TDAh, je lui fais du mal mais je me fais mal aussi. Et si l’on réfléchissait à d’autres façons de poser nos limites? Si l’on prenait le temps de comprendre leur fonctionnement et leurs besoins pour pouvoir les aider?

Comme le disait Marie Curie:

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

Dans cet article, je vous partage les 4 attitudes dont mon enfant TDAh a le plus besoin pour se sentir compris, valorisé et sécurisé.

Je le répète, le TDAh n’est pas une maladie ni un handicap mais plutôt les symptômes d’un mal-être. Lorsque l’on nourrit les besoins de l’enfant TDAh, les symptômes disparaissent.

Les 4 attitudes qui répondent aux besoins de l’enfant TDAh

1. S intéresser à ce qui l’intéresse

2. L ’écouter vraiment

3. Le rassurer, l’ apaiser

4. Croire en lui

 

Les 5 attitudes dont mon enfant TDAh a le plus besoinPhoto de Pavla Zakova- Fotolia.com

1. S’intéresser à ce qui l’intéresse

Lui poser des questions sur ce qui le passionne, sans jugement.

Et non pas sur ce qui NOUS intéresse

Comme par exemple:

Comment ça s’est passé à l’école? Pourquoi tu n’écoutes pas en classe? Pourquoi tu t’es encore disputé avec Max? …

Il y a de grandes chances qu’il ne vous réponde pas et se renferme dans sa coquille.

 

Posez-lui des questions sur ses jeux favoris, ses rêves

– Les meilleurs moments avec ses copains

– Les moments préférés de ses vacances

– Ce qu’il a aimé lors du film au cinéma ou au spectacle

– L’école de ses rêves (qui est encore à créer)

– La maison de ses rêves

– Ce qu’il aimerait faire plus tard,

Personnellement, je découvre chez mon fils un être aux idées étonnantes mais tellement intéressantes et enrichissantes!

Par exemple, à chaque fois qu’il va dans une librairie, il ressort le même livre: le livre des records. Et il me raconte qu’il peut rester une demi-heure sur la page où l’on voit un bouddha de 300 mètres, à côté d’un humain. Il est fasciné aussi par Steve Jobs. De façon générale, l’extra-ordinaire le fascine; Comment sont-ils arrivés à faire des choses aussi incroyables et belles!

Quand il m’en parle, je vois son énergie monter et que ça le nourrit.

Par contre, l’autre jour à la brocante, j’ai été frappée par le cas contraire. Lorsque un enfant montrait à sa mère un de ses super-héros sur un étal, immédiatement, la maman lui répond: “t’en as déjà un, tu n’en as pas besoin d’un deuxième”. Or j’ai l’impression que l’enfant ne montrait pas le jouet pour vouloir l’acheter mais plutôt pour montrer ce qu’il aime!

Et si la maman avait réagi en lui posant plutôt des questions sur ce super-héros. Par exemple, qu’est-ce qui le fascine en lui?

 

2. L’écouter vraiment, pas juste l’entendre

L’écouter vraiment nécessite de stopper notre petite voix intérieure, notre mental et les voix extérieures telles qu’ internet, la télé, la radio par exemple.

Prendre des moments avec lui seul. Pas forcément assis dans un fauteuil. Au contraire, l’enfant TDAh aime le mouvement.

Nous nous accordons chaque soir un moment de promenade où il peut se lâcher et raconter. Ce qui est marrant d’ailleurs, c’est qu’il marche souvent en faisant du rap. Il aime s’exprimer et marcher de façon rythmée. Si les cours à l’école se passait sur ce mode-là, je suis certaine que mon fils écouterait plus…

 

3. Etre un modèle rassurant et apaisant

L’on dit souvent, les chats ne font pas des chiens. Si l’on souhaite que nos enfants se sentent mieux dans leur peau, commençons par nous-même!

De nature anxieuse, mon fils TDAh a besoin de s’ appuyer sur des parents alignés et en paix.

Des parents stables et cohérents dans leur vie.

Là, cela demande de faire un travail sur soi: thérapie, développement personnel, méditation, remise en question.

Lire un article ou un livre peut aider à la prise de conscience mais pour se libérer de nos casseroles, nos peurs et nos croyances limitantes, nous avons besoin de nous faire coacher par une personne extérieure. Elle verra ce que nous sommes incapables de voir et cela nous fait gagner du temps.

Plus je suis en paix avec mes parents, mon passé, le père de mon fils, la Vie, et moi-même, plus mon fils est en paix!

Etre en paix, c’est accepter et intégrer que tout ce qui nous arrive est parfait et se trouve sur notre chemin pour nous faire grandir. Toute difficulté a ses bénéfices même s’ils ne sont pas visibles au premier coup d’oeil.

Pareil pour le travail. Plus je suis alignée dans un travail qui m’épanouit et me donne de l’énergie, plus je donne envie à mon fils de faire ce qui le passionne dans la vie.

 

4. Croire en lui

Croire en lui, c’est d’abord

– se détacher des regards extérieurs qui ne voient que ses comportements dérangeants

– se détacher des remarques dévalorisantes de l’école

– se détacher du bilan du neuro-psy

Et nourrir ses talents et ses forces.

Ses comportements ne déterminent pas qui il est. Ce sont juste des comportements.

Du côté enseignant et médecin, les principales intelligences évaluées sont les intelligences logico-mathématiques et l’intelligence verbale et linguistique. Ils n’évaluent pas les autres telles que

– l’intelligence visuelle / spatiale

– l’intelligence musicale/rythmique

– l’intelligence corporelle

– l’intelligence naturaliste

– l’intelligence interpersonnelle

– l’intelligence intrapersonnelle.

A ce sujet, je vous invite à visionner cette vidéo de Bruno Hourst qui nous révèle à quel point l’ école peut être source de souffrance dans la mesure où elle néglige les autres formes d’intelligence.

 

 

En conclusion

Pour que notre enfant TDAh se sente bien dans sa peau et puisse croire en lui et en son potentiel, nous avons notre responsabilité par nos attitudes à son égard.

Si l’on souhaite qu’il exprime son potentiel et suive la voie de son coeur, à nous, parents, de nourrir ce qui est important pour lui.

 

Dites-moi dans les commentaires ce qui est important  chez votre enfant TDAh, qu’est-ce qu’il aime ou le fascine? 

Si l’article vous a plu, merci de cliquer sur le bouton « j’aime » ou de le partager sur les réseaux sociaux!

 

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes PDF

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers
Recherches utilisées pour trouver cet articleief avec enfant tdah

6 Responses

  1. lili

    Merci pour cet article, une sorte de rappel à l’ordre nécessaire .
    Bravo pour cette synthèse et toujours cette générosité !

  2. Nancy Boissy

    Dans mon cas, c’est ma fille de 23 ans!!! ce n’est plus un enfant. Elle a de multiples rêves et projets mais n’arrive pas à les mettre à terme. Toujours à court terme. Manque de motivation. Toutes les raisons sont bonnes. Difficile à comprendre pour une mère!!!

    • Valérie Michiels

      Je comprends que ce soit difficile pour vous. A mon avis , votre fille a besoin de se faire aider. Pour déterminer ce qui est le plus important pour elle et ce qui est secondaire et mettre une méthode de travail en place pour y arriver.

      En fait,je connais ce problème parfaitement pour l’avoir vécu moi-même. Ce qui m’ a aidé, c’est de me faire coacher. J’étais trop dans mes rêves, pas assez ancrée à la Terre.

      Puis de faire une liste de tous les petits pas que je peux déjà faire maintenant pour me rapprocher de la concrétisation de mes rêves. Et chaque jour, je m’attèle à un de ces petits pas, celui que j’ai envie de faire; Tant que je n’ai pas été jusqu’au bout ( cela peut durer plusieurs jours ou plusieurs semaines), je ne passe pas à autre chose.

      Et aussi, l’alternophonie du Dr Lefebure m’aide à restée concentrée et calme émotionnellement.

  3. Nadine

    Bonjour, merci pur cet article.
    Mon fils de 10 ans 1/2 est fasciné par les dragons. Il les adore. Il adore les animaux, la nature. Il a déjà fait plusieurs stages nature et il aime me raconter ce qu’il a fait elle m’apprendre, m’expliquer les fleurs, les arbres, les glacières naturelles… La faune et la flore de nos campagne. Il rêvait d’être militaire cuisinier mais maintenant il pense à devenir soigneur d’animaux dans un zoo ou vétérinaire..

  4. Maryline Tobal

    Bonjour Valérie,
    On vient de diagnostiquer le TDAH chez mon fils de 10 ans, très impulsif par ailleurs. Je vous remercie pour ce site très bien fait et vos documents qui m’aident à m’informer pour mieux m’occuper de lui. Ethanaël est passionné de football (au grand dam du père handballeur), il collectionne les cartes aussi (foot, Pokemon etc), et ce qui est flagrant c’est la mémoire dont il fait preuve quand il se passionne pour un sujet en comparaison de sa « mémoire scolaire ». Donc, je me suis mise à la culture foot pour interagir avec lui (je ne m’y intéresse pas du tout sinon), et on lui a dressé ensemble tout un mur poster de cartes panini foot au-dessus de son lit selon les équipes, c’est le moyen aussi de parler des pays, de leurs drapeaux, et là il aime beaucoup le jeu Mon coffret Montessori des drapeaux du monde. Lui qui déteste la géo à l’école ! ^^ C’est un autre sujet. Encore merci ! Maryline.

Laissez un commentaire