3 clés pour mieux vivre le déficit d’attention de mon enfant

Votre enfant est excessivement distrait? Il n’écoute pas à l’école? Il ne travaille pas? Vous vous inquiétez pour lui, pour son avenir?

Dans cet article, je vous partage 3 clés issues de mon expérience  avec mon fils et mes élèves TDAh.

Tout part de votre regard envers l’enfant .

Un parent qui vit le déficit d’attention de son enfant comme un paquet de problèmes va, de par ses attitudes, stresser l’enfant et le blesser.

Dans ces familles stressées, je remarque que la maladresse, l’oubli, l’inattention, l’impulsivité de l’enfant sont exacerbés. L’enfant manque fortement de confiance en lui. Il a tendance à se fermer face au monde des adultes.

Alors que dans les familles vivant le déficit d’attention comme un défi ou une réalité avec laquelle “on fait avec”, l’enfant est plus ouvert, confiant et épanoui.

 

 

mieux vivre le déficit d'attention

L’histoire de Julien

Julien est issu d’une famille où le déficit d’attention est considéré comme un paquet de soucis.

Au premier contact en présence de Julien et son papa, dès les 5 premières minutes, Julien s’était déjà fait réprimander puis avait cassé un objet en verre .

Le début du cours (sans son papa) a été inconfortable. Julien était impulsif, assez fermé et avait de la difficulté à se concentrer. Je ressentais sous son masque de gentillesse, un grand manque de confiance en lui.

Jusqu’à ce que je lui parle avec humour et lâcher-prise d’une anecdote concernant mon fils TDAh et là, il s’est mis à me tutoyer et à être nettement plus détendu et concentré sur le cours.

 

En fait, soulagé d’être reconnu et accepté tel qu’il est, il a pu “laisser tomber les armes” et se concentrer pleinement.

 

Au fil des cours, j’ai pu observer un ado capable d’une attention et d’une présence exceptionnelles .

Le plus gros souci était en fin de compte avec le papa.

A chaque compliment de ma part, le papa rétorquait par un “oui mais” ou une remarque qui mettait l’ado dans l’embarras.

Un papa “addict” aux problèmes et qui a difficile à croire que la situation puisse être différente. Il qualifie à présent mes cours de “cours thérapeutiques”.

 

Voici 3 clés qui ont changé ma vie avec les enfants TDAh.

 

Clé N°1: Jetez le mot “problématique” à la poubelle

 

Le déficit d’attention est relatif et dépend très fort de l’environnement et du degré de motivation de l’enfant.

Si j’ai autant de résultats positifs avec mes élèves TDAh, outre le fait que j’utilise des outils qui les aident à se centrer et mieux réfléchir, c’est que j’ai une foi inébranlable en leur capacité d’y arriver.

Je pourrais utiliser tous les meilleurs outils du monde, si je n’avais pas la conviction que les enfants TDAh peuvent y arriver comme tout le monde, mes cours seraient beaucoup plus laborieux.

Aussi, je ne porte aucun jugement sur leurs erreurs, leur hyperactivité,  leur impulsivité… Je me préoccupe seulement de leur offrir un environnement où ils se sentent suffisamment en confiance pour travailler.

 

Dans ce contexte de non-jugement, l’erreur fait partie du processus d’apprentissage.

L’hyperactivité est sa façon d’exprimer son stress ou son impatience. Rien de mal…

 

Woman and scary forest

 

Pour vivre le TDAh sereinement, jetez le mot “problématique” à la poubelle. Dur, dur pour un enfant, de vivre constamment comme étant un tas de problèmes!

 

Lâchez-prise et arrêtez de vouloir le formater et le mettre dans des cases.

 

Prenez le temps de discuter avec votre conjoint des qualités de votre enfant. De voir tout ce qu’il a apporté dans votre vie, même si c’est au travers de difficultés et de challenges.

 

Clé N° 2:  Soyez attentif à son mode de fonctionnement

 

Son mode de fonctionnement, c’est d’être concentré sur des périodes courtes, en alternance avec des moments plus relax ou ludiques.

Rien ne sert d’en faire trop si c’est pour le perdre. Mieux vaut en faire moins mais bien.  Et rester sur une bonne impression.

 

Alternez les moments d’attention avec des moments plus ludiques.

 

Comme par exemple, discuter avec lui , répondre à ses questions, faire un jeu …

Lors de mes cours avec un enfant TDAh, il est vrai que l’on travaille moins en quantité mais pas en qualité.

L’enfant TDAh est capable d’une attention supérieure à la moyenne lorsqu’il est motivé et se sent en confiance. Il est plutôt du type sprinter comparé au jogger.

 

Alors oui, il peut être hyperactif

après s’être super concentré pendant 10 minutes. C’est sa façon d’exprimer son contentement, son envie de passer à autre chose ou son besoin de bouger tout simplement. Est-ce pour autant un problème?

 

Oui, il procrastine

Par contre, il est performant dans l’urgence. Du style, là, tout de suite, la veille ou 1 heure avant le cours. Si c’est sa façon d’être efficace, est-ce pour autant un problème?

A noter qu’il se met plus facilement à la tâche lorsqu’il a un pourquoi, une raison qui le motive et lorsqu’il se sent soutenu dans son travail . A nous, parents ou enseignants, de l’ aider à faire le lien entre ses études et ce qui est important pour lui.

 

Oui, il peut mieux faire

Il fait mieux lors d’activités qui le passionnent. Pour le reste, obtenir la moyenne le satisfait amplement. Est-ce pour autant un problème?

 

Oui, il a tendance à bavarder, distraire les autres

Surtout lorsqu’il s’ennuie ou si les relations sociales sont importantes pour lui. Pourquoi faire des cours collectifs si c’est pour rester toute la journée sans pouvoir parler à son voisin?

 

Clé N° 3: Soyez attentif à ce qui l’intéresse et le nourrit

 

Je vois souvent des parents qui portent des jugements négatifs à propos des centres d’intérêt de l’enfant. En lui disant que ce sont des bêtises, une perte de temps, qu’il ferait mieux de s’intéresser à des choses plus constructives comme lire un livre, faire du sport …

Résultat, cela crée un fossé entre l’enfant, l’ado et ses parents.

Alors que si vous lui demandiez ce qu’il aime dans ces séries-télé, ces jeux–vidéo, ces rencontres avec les copains … Vous comprendriez mieux ce qui est important pour lui. Et vous seriez moins dans la critique. Vous verriez aussi des aspects positifs que vous n’aviez peut-être pas vus jusqu’ à présent .

 

Le mot de la fin

 

J’espère qu’un jour, de plus en plus d’adultes changeront leur regard sur l’enfant TDAh et que l’étiquette « trouble du déficit d’attention » ne sera plus que le souvenir d’une époque où ces enfants étaient essentiellement mal compris et non reconnus dans leur spécificité et leurs forces.

 

Et si nous leur faisions enfin confiance?

Et si nous arrêtions de vouloir les mettre à tout prix dans des cases?

Et si nous les laissions enfin libres d’être qui ils sont?

Tels sont leurs désirs les plus chers.

 

Si cet article vous a plu, merci de le partager ou de laisser votre commentaire ci-dessous.

 

Vous souhaitez vivre plus zen avec votre enfant TDAh ?

Découvrez les clés indispensables à son épanouissement

en téléchargeant gratuitement mes PDF

    "  7 conseils pour vivre sereinement avec votre enfant TDAh"

"Quelle école pour nos enfants TDAh?paperbackstack_550x498(1)binderlayingopen_550x634

je hais les spams, votre adresse ne sera jamais cédée ni revendue à un tiers

Laissez un commentaire